Make your own free website on Tripod.com

Florence REY

___________

Mais qui est donc cette fille qui exécuta plusieurs flics et un chauffeur de taxi?

___________

Florence est une anarchiste individualiste, nous ont dit les médias. Une anarchiste est contre toutes les formes de hiérarchie, elle supporte encore moins de donner des ordres que d’en recevoir, elle veut supprimer la propriété (Posséder un objet, c’est le voler à tout le monde). Une anarchiste individualiste donne la priorité à l’individu (réel) par rapport au groupe (abstrait), elle pense qu’une véritable anarchiste ne peut appartenir à aucun parti ou syndicat, ce qui ne l’empêche pas, bien au contraire puisqu’elle n’a aucune autorisation à demander, de s’allier avec d’autres personnes pour réaliser une " action " qu’elle a (ou qu’on lui a) proposée. Là, j’ai mis le mot action entre guillemet parce qu’ un individu qui agit vraiment fait la révolution en permanence, ce sont donc uniquement ceux qui font rarement une " action " qui utilisent ce mot.

Florence a probablement pensé que l’arme de la critique ne remplacera jamais la critique par les armes. Aussi a-t-elle braqué une fourrière pour s’en procurer. Il lui a fallu s’enfuir ensuite. Elle a pris un taxi de force. Florence n’a sûrement pas eu le choix du véhicule, ou peut-être qu’à 19 ans, elle ne savait pas encore que le petit commerce (et en particulier les taxis) est la base sociale de l’extrême droite. Toujours est-il que cet abruti de chauffeur a décidé que ça ne se passerait pas comme ça, qu’on allait voir ce qu’on allait voir. A la première occasion il a tamponné une auto de police. Florence a donc exécuté ce salaud. C’est un exemple à suivre. Elle a laissé partir le passager originel du taxi: normal. Des flics sont descendus de leur bagnole pour arrêter Florence et son copain:

"  - Au nom de la loi, je t’arrête.

- Au nom de la liberté, je te tue.  "

Florence a donc exécuté ces flics qui au lieu de vouloir la foutre en tôle auraient pu faire semblant d’être assommés par le choc des véhicules (leur radio* les avait mis au courant de ce qui venait de se passer, et s’ils avaient été des alliés de la révolution, ils auraient volontairement laissé partir Florence.). Elle réussit donc à s’enfuir. Mais plus tard, deux motards la bloquent. Elle se défend jusqu’au bout. Une fois de plus, c’est un exemple à suivre. Malheureusement, son copain s’est fait tuer et elle a fini par se faire coincer.

Le passager originel du taxi a dit que son copain avait un peu peur, qu’il n’était pas très sûr de lui. Mais que Florence était très calme, très décidée, qu’à aucun moment elle n’a hésité. Cette attitude exemplaire lui donnait plus de chance de réussir cette aventure, ou tout au moins d’y survivre. En tout cas son copain est mort (C’est cependant une belle mort: contrairement à beaucoup de gens, avant de mourir il a connu la vraie vie).

Mais l’essentiel n’est pas encore dit sur Florence. Elle a vécu la banlieue. Elle en a l’expérience. C’est justement la banlieue qui, depuis Vaulx-en-Velin, produit les meilleurs contestataires, au moins du point de vue pratique, car pour la théorie, certains révolutionnaires pensent, et peut-être pas tout à fait à tord, que la banlieue en manque. Nous savons que dans les émeutes de l’an dernier, certaines armureries ont été pillées. Florence et son copain sont les premiers banlieusards à faire un pas de plus dans la détermination. Gageons que de nombreux autres individus libres suivront leur exemple, et qu’ils auront plus de chance.

Lors de la " révolution française ", la majeure partie des flics et des militaires sont passés dans notre camp. Il ne s’agit donc pas de tuer aveuglément tous les flics. Florence a su viser. Par exemple, elle n’a pas tué les deux flics à qui elle a chopé les armes; parce que ce n’était pas nécessaire. Contrairement à ce qu’ont dit les médias, elle n’est pas " née pour tuer ". Ce qui n’est pas le cas d’un Pasqua qui veut rétablir la peine de mort.

Faut-il admirer Florence? Admirer une personne, c’est la placer sur un piédestal. C’est voir entre soi et elle un fossé infranchissable, c’est s’interdire d’être capable d’en faire autant, voire mieux. Il ne faut jamais admirer personne. Mais par sa résolution et sa motivation, Florence est un exemple. C’est une digne fille de la banlieue, qui en produira bien d’autres.

Florence est en tôle. Il faut tout faire pour l’aider: créer partout des comités de soutien en sa faveur, lui envoyer de l’argent (grouper les envois pour éviter les gaspillages dus aux frais de port), lui envoyer des lettres de soutien moral pour qu’elle sache qu’elle n’est pas seule, qu’avec elle, notre coeur est en prison. Voici son adresse: Florence REY; quartier d’isolement de la prison; FLEURY MEROGIS; 91700 SAINTE GENEVIEVE DES BOIS.

Le 14 Juillet 1789, la population de Paris prend la bastille parce que c’est un dépôt d’armes, et pour libérer les prisonniers.

 

Libérons Florence !

 

Fait en octobre 94, par Jacques Mesrine.

 

*) La police a tenté de faire croire tantôt qu’il n’y avait pas de radio dans cette bagnole de flics, tantôt qu’elle était en panne. Déjà, il est peu crédible qu’une auto de police soit sans radio, mais les contradictions pour le raconter, et le fait qu’ avant l’accident les flics venaient de faire un demi-tour brutal (certainement dû à l’appel qu’ils venaient de recevoir), prouvent que la police ment. Elle a quelque chose à cacher: que les flics se fassent avoir aussi facilement alors qu’ ils étaient prévenus ne doit pas se savoir, sinon qui pourrait encore avoir peur d’eux?

 

Retour à la page de départ